Compiègne, mon destin est  donc  venu vers toi !
J’ai pu voir le Palais, la Charmille, les arbres,
Les  sentiers où riait le caprice d’un roi;
Et j’ai rêvé longtemps sous le regard des marbres…

Œuvre  de Gaston Vollet