Le vent hurle sa peine, la vague se fracasse en un grondement sourd, sur les mêmes et éternels bords.
Derrière les oyats enracinés sur la dune de sable, la mer d’opale s’agite en de frénétiques jaillissements, l’esprit des dieux s’est perdue sur la grève humide.
La grande falaise de craie, se dresse, géant de pierre au cœur tendre, protégeant l’arrière pays de la fureur des éléments.
Tout est force, nuances, souffles puissants, contrastes saisissants.
Entre cap Blanc nez et cap gris nez, la baie de Wissant s’offre à vos yeux émus et rassasiés de tant de beautés sauvages.
Ainsi se savoure et se comprend la côte d’opale, joyaux perdu au fin fond de la France, ou le soleil s’oubli souvent, mais ou coule la vrai fraternité du cœur, l’humilité des gens simples et heureux. Notre richesse et notre soleil se cherche dans le plus beau des lieux, notre cœur d’hommes et de femmes, sensible et compatissant ,cherchant sans cesse la vibration ultime.

Marc de saint Point.

Cliquer ici pour ajouter votre propre texte